Napoléon 1er n°86: Napoléon au travail

A la une du numéro 86 de Napoléon 1er magazine (nov/déc 2017, jan 2018):
Napoléon au travail

La réputation de travailleur acharné que l’on accole à Napoléon n’est pas usurpée. Dormant peu, se contentant de repas rapides et soucieux du moindre détail, il ne laissa jamais rien au hasard. Lors des réunions de conseils, dans son petit cabinet ou entouré de son état-major au cours des campagnes militaires, il ne cessa de s’informer, de prendre des avis et, surtout, décida toujours sans hésitation. Par les nombreuses réformes entreprises et par l’incroyable série de réalisations économiques, politi … Lire la suite

La Madeleine temple de la Gloire

Face à la place de la Concorde, l’église de la Madeleine attire l’oeil par son architecture antique. Consacrée à Sainte-Marie-Madeleine, l’église a bien failli devenir le temple de la Gloire de la Grande Armée de Napoléon.

Par Philippe-enrico Attal / historien

Paris, au fil de son histoire, n’a cessé de se sentir à l’étroit dans ses murs, repoussant ses limites vers les faubourgs. L’église de l’ancienne paroisse de la Ville l’Évêque est ainsi trop petite et on entame la construction d’un nouvel édifice dont la première pierre est posée le 8 juillet 1659 par Anne-Marie-Louise d’Orléans, la Gran … Lire la suite

Berthollet et l’eau de Javel

Le père de Claude-Louis Berthollet était petit-fils de notaire, fils de notaire, gendre de notaire, beau-frère de notaire et notaire lui-même. Il lui paraissait évident que son fils allait suivre la tradition et lui succéder dans sa charge à Talloire (1), lorsque le moment serait venu. C’était ainsi que depuis plus d’un siècle les Berthollet avaient cheminé dans les rangs de la bourgeoisie savoyarde. Ses années de collège terminées à Annecy, le jeune homme devait parachever son éducation dans la capitale du royaume de Piémont-Sardaigne (2), Turin. Goût poussé de l’économie ou astuce de juristeLire la suite

Murat à l’assaut de l’Italie (1814-1815)

Murat règne sur Naples sous le nom de Joachim Napoléon depuis 1808. D’abord réticent à l’idée de gouverner ce royaume, réputé difficile à gérer et cible de nombreuses incursions de la part des Britanniques et de leurs alliés siciliens, il s’est pris au jeu et n’a pas tardé à imposer ses propres vues à l’administration de Napoléon. En 1811, une crise très grave oppose les deux beaux-frères. Si la campagne de Russie les a provisoirement réconciliés, les échecs successifs de la France en Allemagne poussent Murat à envisager les plus audacieuses combinaisons militaires et diplomatiques. Non sans rLire la suite

Napoléon 1er – L’acte de capitulation de la place de Glogau 17 avril 1814

À l’issue de la retraite de Russie, une partie des survivants de la Grande Armée se regroupe dans les principales forteresses de l’Oder (Stettin, Cüstrin, Glogau) afin de résister à leurs poursuivants prusso-russes jusqu’à ce que l’Empereur vienne les délivrer à la tête de sa nouvelle Grande Armée. Cela équivaut à adopter une posture défensive assez inhabituelle pour les troupes impériales.

Par Jean-François Brun / maître de conférences à l’université de Saint-Étienne

Glogau-sur-Oder (10 000 habitants environ) est une place forte de Silésie qui contrôle le franchissement du cours supérieur de … Lire la suite