Les essais du Nautilus, premier sous-marin

Avant même qu’il ne devienne empereur, Napoléon, alors Premier consul, s’intéressa brièvement aux premiers essais du sous-marin, le Nautilus, et à son éventuelle utilité pour briser le blocus maritime instauré par le gouvernement britannique. L’évolution des rapports diplomatiques entre l’Angleterre et la France, et les quelques imperfections du Nautilus, contribuèrent cependant à ce que l’utilisation du sous-marin demeure au stade de l’expérimentation.
Mathieu Geagea, historien, directeur général du Mémorial Charles de Gaulle

Lorsqu’en 1797 l’ingénieur américain Robert Fulton, âgé de trente-deux ans, conçoit les plans d’un sous-marin en bois recouvert de cuivre et cerclé de fer qu’il baptise le Nautilus – en référence au nautile, ce mollusque céphalopode à coquille divisée en plusieurs cellules – les recherches visant à construire un submersible ne sont alors pas nouvelles. Le physicien Denis Papin s’y était intéressé à partir de 1690 comme, avant lui, le scientifique hollandais Cornelus Drebbel. Lors de la guerre d’Indépendance américaine, le scientifique américain David Bushnell avait mis au point ce qui a été considéré comme étant le premier sous-marin à vocation militaire, capable de se déplacer de façon autonome et doté d’hélices pour sa propulsion mais qui, cependant, se révèlera peu efficace. Le Nautilus s’avère alors le premier sous-marin à utiliser un double système de propulsion, avec une voile repliable et une hélice à main.

De dimensions réduites avec ses six mètres quarante-huit de long pour son mètre quatre- vingt-dix de diamètre, il peut accueillir un équipage de trois personnes. Mais ce qui rend le Nautilus plus révolutionnaire encore, c’est qu’il se trouve équipé d’une charge explosive qu’il doit fixer sous les navires ennemis et qui peut se déclencher à distance, ce qui demeure difficile dans la pratique. Parce qu’il sait que la France cherche par tous les moyens à briser le blocus maritime établi par l’Angleterre, Robert Fulton propose tout naturellement son invention aux membres du Directoire en ce début d’année 1798. L’ingénieur se trouve alors en quête d’argent afin de perfectionner son prototype et procéder à des essais en mer. L’exposé qu’adresse Fulton au Directoire est aussitôt transmis au ministère de la Guerre qui n’y donne aucune suite. Ne se décourageant pas, l’inventeur va jusqu’à réaliser un très beau modèle en acajou de son bateau sous-marin. [...]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°81 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.