Napoléon 1er – Un soutien au soldat l’alcool aux armées

Se ravitailler en eau-de-vie et en vin fait partie des principales préoccupations du soldat de toutes les époques. L’ivresse fait oublier la peur et donne du courage aux plus lâches. Sous le Premier Empire, époque où les idées fausses au sujet de l’alcool sont encore bien ancrées, le vin et l’alcool ne sont toutefois pas distribués qu’au moment des combats.

Par Vincent Rolin / historien

Dans la correspondance de Napoléon figurent de nombreuses lettres adressées à l’intendant général ou aux intendants des armées concernant la distribution d’alcool aux soldats. Il est à noter également que les inventaires des places fortes indiquent les réserves d’eau-de-vie au même titre que celles de la poudre ou de farine. Si l’Empereur se soucie autant de ce problème, c’est que les boissons alcoolisées remplissent des fonctions très variées au sein de l’armée. Une ration réglementaire L’arrêté du 25 fructidor an ix (12 septembre 1801) prévoit la distribution d’un quart de litre de vin par homme et par jour. En 1810, la ration de subsistance se compose de pain, de biscuit, de viande fraîche et boeuf salé, de lard, de riz, de légumes secs et de sel, ainsi que d’un litre de vin pour quatre hommes, un litre d’eau-de-vie pour seize hommes et un litre de vinaigre pour vingt hommes (…)

Pour lire la suite de l’article, achetez en ligne Napoléon 1er magazine n°85sur hommell-magazines.com

Les commentaires sont fermés.