Napoléon 1er n°89 : Napoléon s’empare de Venise

À la une du numéro 89 de Napoléon 1er magazine (août-septembre-octobre 2018)

Le sommaire
Napoléon fait chuter la République de Venise
En peu de temps, le jeune général parvint à s’emparer de la Sérénissime.
Par Didier Marty
Napoléon visite Venise en 1807
L’Empereur présida plusieurs cérémonies et réforma la cité.
Par David Chanteranne
Le comte de Narbonne, confident et envoyé occulte
Ancien ministre de Louis XVI, il devint l’un des hommes de confiance de Napoléon.
Par Jacques Jourquin
Le passé napoléonien à Boulogne-sur-Mer
Par Hervé Deguines
Saint-Domingue (1794-1815)
Les événements qui seco … Lire la suite

Hors-série n°28 Les grognards de Napoléon

HS_NAPOLEON_n28


Hors-série n°28 Les grognards de Napoléon : la vie quotidienne dans les armées

Le sommaire complet du magazine :
Les jeunes Français deviennent des conscrits … mais peuvent être insoumis :
déserteurs ou réfractaires
Le conscrit arrive à la caserne et devient soldat
La remise de l’uniforme
Le soldat intègre la Grande Armée
Des marcheurs à toute épreuve
Les bivouacs, les camps ou coucher dehors
Manger : un souci permanent
Le grand jour : la bataille
La mort… que l’on côtoie tous les jours
Le service de santé
L’hygiène est plus qu’approximative
Les prisonniers plus ou moins bien traités
Le paiem … Lire la suite

Les Français à Corfou de 1807 à 1814

Jeune général, Bonaparte s’intéresse déjà aux îles Ioniennes auxquelles il attribue, à juste titre, une grande importance stratégique. Il écrit même au Directoire exécutif : « Les îles de Corfou, de Zante et de Céphalonie sont plus intéressantes pour nous que toute l’Italie. »

Fait par Vincent Rolin / Historien

Au cours de la Première campagne d’Italie, un contingent français, sous la conduite du général Antoine Gentili, débarque dans les îles Ioniennes le 27 juin 1797. Un peu plus tard, le traité de Campo-Formio du 17 octobre attribue ces anciennes dépendances vénitiennes à la République fran … Lire la suite

Élisa et Caroline mobilisées pour l’éducation des filles

Très vite, Élisa et Caroline Bonaparte comprennent qu’à leur époque, sans instruction, à moins d’être une rare beauté, une femme est condamnée à une existence morne et languissante dans l’ombre de son père, de son frère ou de son mari. Pour elles, qui ont bénéficié d’une excellente éducation – étape indispensable avant d’espérer s’imposer dans un monde d’hommes –, c’est une situation intolérable.

Fait par Marie Petitot / historienne

En juillet 1805, Élisa prend possession de la principauté italienne de Lucques. « Bien que les décrets soient signés au nom du prince [son mari], en substance c’es … Lire la suite

Le docteur François Ribes : chirurgien de la 1re division d’ambulance dite du champ de bataille

La consultation des états des service de François Ribes, certifiés en 1824 par Larrey et Yvan, et sur lesquels on note vingt batailles, dix-sept combats et trois sièges, interpelle. La lecture de son propre témoignage publié en 1845 sous le titre de Coup d’oeil rapide sur le service de santé de la maison de l’Empereur, à la suite de la Grande Armée, confirme l’intérêt de compléter la biographie de ce personnage peu connu, malgré ses hautes fonctions dans l’ombre des Larrey, Percy, Yvan.

Fait par Docteur Benoit Vesselle / membre de la Société française d’histoire de médecine

Ribes est né à Bagn … Lire la suite