Napoléon au travail : Le coeur du secret

Le pouvoir intrigue. Il fascine d’autant plus quand le secret l’entoure. Au sein de l’Empire français, il était concentré dans les mains d’un seul homme, Napoléon. Ce dernier aimait la centralisation en toutes choses. L’ensemble des institutions impériales étant ainsi pyramidales, tout était donc censé remonter au chef. Pour s’en assurer, l’Empereur avait néanmoins ses méthodes. Pour le garantir et prévenir les trahisons, l’Empereur pratiqua le « diviser pour régner ». La ficelle était certes ancienne mais existe-t-il mieux pour s’assurer de la fidélité des hommes ?

Par Pierre Branda / directeur du patrimoine à la fondation Napoléon

Le préfet de police de Paris Dubois surveillait le ministre de la Police Fouché et inversement. Évidemment, les deux hommes se détestaient. Le ministre des Finances, Gaudin, et le ministre du Trésor public, Barbé-Marbois puis Mollien, vérifiaient leurs comptes respectifs En plus des ministères, Napoléon institua des directions générales au sein de l’administration. Dix-sept furent ainsi créées : on en comptait huit au sein du ministère des Finances, une dans le giron du ministère des Manufactures et du Commerce, sept au sein du ministère de l’Intérieur et deux près des ministères de la Guerre et de l’Administration de la guerre. On pourrait ainsi multiplier les exemples du même acabit. En dispersant les rôles et en favorisant une concurrence parfois vive entre ses subordonnés, Napoléon espérait qu’en s’épiant mutuellement, ces derniers le préviendraient de tout agissement contraire aux intérêts du souverain (…)

Pour lire la suite de l’article, achetez en ligne Napoléon 1er magazine n°86 sur hommell-magazines.com